Gorakh Kalyāṇa

Ṭhāṭa : Khamāja

Jāti : auḍuva / auḍuva

Āroha / avaroha Sa Re ma Dha ni Ṡa / Ṡa ni Dha ma Re Sa

Vādī / Samvādī : ma / Sa

Prahara : 21h00 - 00h00

Pakaḍa : Sa Re ma, ma Re, (Sa)ṇi, ṇi Ḍha Sa (Abhinava Gītanjali)

Gorakh Kalyāṇa s’est établi comme un raga important de la musique hindoustanie au courant de la première moitié du vingtième siècle (Rao, p. 86). Certains musicologues laissent entendre que ce raga pourrait être une création de Gorakhnāth, fondateur de l’ordre religieux des nāthayogi à qui l’on attribue l’origine du hatayoga, d’autres prétendent qu’il proviendrait des chants folkloriques de la région de Gorakhpur, dans le nord de l’Inde. Chose certaine, malgré son nom, Gorakh Kalyāṇa ne possède aucune des caractéristiques propres aux ragas de la famille Kalyāṇa (présence du Ma et combinaison Re-Pa), il est plutôt classé dans le ṭhāṭa Khamāja. La gamme ascendante et descendante de ce raga est pentatonique, toutefois certains musiciens incluent subtilement Pa dans les passages descendants. Le ni peut-être sauté dans les trajets menant au Sa. Les svara ma, Sa et ṇi sont d’importants viśrānti svara. Gorakh Kalyāṇa est un raga apaisant qui exprime sa saveur à travers des développements mélodiques lents et gracieux.

Calana:

Sa Re ma Re Sa ṇi, ṇi Ḍha Sa, Ḍha Sa Re ma, Re ma Dha ni Dha, ma Dha ni Dha Ṡa | Ṡa Dha ni Dha ma, Re ma Re Sa ṇi, ṇi Ḍha Sa.

  • Rāga Gorakh Kalyāna, Jhaptāla
  • -
  • Jonathan Voyer, Uday Kulkarni
00:00 / 00:00
  • Rāga Gorakh Kalyāna, madhyalaya tīntāla
  • -
  • Jonathan Voyer, Uday Kulkarni
00:00 / 00:00
  • Rāga Gorakh Kalyāna, druta tīntāla
  • -
  • Jonathan Voyer, Uday Kulkarni
00:00 / 00:00

Références textuelles :

  • Bor, J. et al. (2002). The raga guide: A survey of 74 Hindustani ragas. Netherlands: Nimbus : Rotterdam Conservatory of Music, p. 70.

  • Jha R. (2018). Abhinava Gītanjali. Vol 3, pp. 26-30.

  • Kaufmann, W. (1968). The rāgas of North India. Bloomington, London: International Affairs Center by Indiana University Press, pp. 185-186.​

  • Raja, D. (2016). The Rāga-ness of Rāgas: Rāgas Beyond the Grammar. D.K. Print World Limited, pp. 250-253.

  • Rao, B. S. (1964) Raganidhi: A Comparative Study of Hindustani and Karnatak Ragas. Volume Two. Madras: The Music Academy, Madras,  pp. 86-87. 

santoor

raga

compositions

indian classical music musique classique indienne

À propos
Note sur la translitération

Ce site a été créé par Jonathan Voyer en collaboration avec Pandit Satish Vyas et Maneesha Kulkarni (University of Mumbai) dans le cadre d'un projet postdoctoral en recherche-création. Ce projet a reçu l'appui financier du Fonds de recherche du Québec (FRQSC).  

Nous avons opté pour la translittération plutôt que pour la transcription. Nous utilisons le système de « l’alphabet international pour la translittération du sanskrit » (IAST). Ainsi, le terme « बंदिश » est translittéré en « bandiśa » et non transcrit en « bandish ». Tous les termes translitérés sont neutres et écrits en italique, à l’exception des noms propres (incluant le nom des ragas, ex. Ahīra Bhairava). La voyelle silencieuse « a » rattachée au consonnes finales est conservée par soucis d'uniformité. Les termes déjà francisés sont écrits tels quels, on lira donc « raga » et non « rāga ».

Pour nous joindre
  • Facebook
mendi.png