Ṭhāṭa 

Dans sa détermination à classifier les ragas du répertoire de la musique hindoustanie, Bhātkhaṇde s’est inspiré du travail de Mohammed Rezza et du système des soixante-douze melakartā (gammes de bases) de la musique karnāṭika pour regrouper l’ensemble des ragas alors en circulation sous dix ṭhāṭa (« liste », « rang »). Chacun de ces ṭhāṭa se présente sous la forme d’une gamme générique commune à un certain nombre de ragas. Chaque gamme est formée de sept svara organisés dans une structure ascendante directe et porte le nom d’un raga majeur de la musique hindoustanie. La méthode de classification consiste essentiellement à regrouper les ragas sur la base de leur gamme, sans considérer les particularités mélodiques de chacun. De la sorte, il serait possible selon Bhātkhaṇde de classer pratiquement tous les ragas de la musique hindoustanie sous l’un ou l’autre de ces dix ṭhāṭa : Kalyāṇa, Bilāvala, Khamāja, Bhairava, Pūrvī, Māravā, Kāfī, Āsāvarī, Bhairavī et Toḍī. Même s’il présente certains problèmes soulevés par plusieurs musicologues incluant Bhātkhaṇde lui-même, ce système est aujourd’hui généralement accepté par les musiciens et les musicologues. 

santoor

raga

compositions

indian classical music musique classique indienne

À propos
Note sur la translitération

Ce site a été créé par Jonathan Voyer en collaboration avec Pandit Satish Vyas et Maneesha Kulkarni (University of Mumbai) dans le cadre d'un projet postdoctoral en recherche-création. Ce projet a reçu l'appui financier du Fonds de recherche du Québec (FRQSC).  

Nous avons opté pour la translittération plutôt que pour la transcription. Nous utilisons le système de « l’alphabet international pour la translittération du sanskrit » (IAST). Ainsi, le terme « बंदिश » est translittéré en « bandiśa » et non transcrit en « bandish ». Tous les termes translitérés sont neutres et écrits en italique, à l’exception des noms propres (incluant le nom des ragas, ex. Ahīra Bhairava). La voyelle silencieuse « a » rattachée au consonnes finales est conservée par soucis d'uniformité. Les termes déjà francisés sont écrits tels quels, on lira donc « raga » et non « rāga ».

Pour nous joindre
  • Facebook
mendi.png