Āroha-avaroha

Deux ragas peuvent utiliser les mêmes svara mais seront distingués par leur échelle ascendante et descendante (āroha et avaroha). Par exemple, les ragas Jaunpurī et Darbārī kānadā contiennent tous deux les mêmes sept svara : Sa Re ga ma Pa dha ni. Toutefois, leur échelle ascendante et descendante est organisée différemment : le raga Jaunpurī omet le ga en āroha et reprend les sept svara en avaroha, tandis que le raga Darbārī kānadā comprend les sept svara en ligne directe en āroha et se déploie dans une séquence en zigzag (vakra) dans son avaroha.

Figure_2_Échelle_du_rāga_Jaunpurī.jpg
Figure_3_Échelle_du_rāga_Darbari_kanada.

L’identité distincte d’un raga est donc en grande partie attribuable à l’organisation de son échelle ascendante et descendante. Celle-ci constitue la charpente même d’un raga, elle lui confère une forme et encadre la potentialité de ses mouvements mélodiques. À vrai dire, la description d’un raga passe souvent d’abord et avant tout par la présentation de son āroha-avaroha.

santoor

raga

compositions

indian classical music musique classique indienne